Tous les articles par tachenic

HOLY FIELD HOLY WAR

Ouverture de la 9ème édition de Ciné-Campagne

Réalisé par Lech Kowalski
durée:1h45
Jeudi 27 novembre 20h15   film classé Art et Essai
Partout dans le monde, les petits agriculteurs sont menacés. Leur lutte pour survivre se fait loin des caméras et des médias. En Pologne, un pays où plus de 60% de la surface est occupée par l’agriculture, de nouveaux acteurs sont en compétition pour s’accaparer les terres. Ce qui se passe en Pologne est un avertissement à prendre au sérieux
l’avis du vendelais : Les paysans polonais  tentent de faire face à l’invasion des chasseurs de gaz de schiste. Réussiront-ils ? Lech Kowalsky (réalisateur renommé) et Odile Allard seront présents au Vendelais, juste avant de partir pour Milan et Rome présenter une rétrospective de l’oeuvre de Lech Kowalsky. Un moment intense à ne surtout pas manquer pour cette soirée d’ouverture.

LES BELLES ET LES BÊTES

de Lucia Sanchez durée :47mn
Vendredi 28 novembre 20h15 Rencontre  Documentaire

Elles sont jeunes, elles sont belles, elles ont quatorze ans. Elles ont quitté leur famille, dorment à l’’internat, et passent leurs journées entourées d’’animaux. Elles sont élèves dans le lycée agricole « les champs de Tracy », près de Vire, en Basse-Normandie. Elles sont les seules filles dans des classes majoritairement masculines. À l’’époque de la parité et de l’’égalité des sexes, comment vit-on quand on est une fille au milieu d’’une classe de garçons et que l’’on veut conduire des tracteurs ?
L’avis du vendelais : Lucia sanchez est réalisatrice mais aussi actrice (Une robe d’été, les solitaires, Qui a tué bambi, la reine des pommes) et au théâtre (Les actrices, Noces de sang) Elle a eu la bonne idée de poser sa caméra dans un lycée agricole a Vire….où des jeunes filles suivent le même parcours de formation que leurs collègues garçons….Et elles en veulent ! Elles seront là pour parler de cette aventure: Nathalie Davy, Marion Chemin, Meggy Bin. Et toutes les jeunes filles des lycées et collèges voisins pourront témoigner.

LES BELLES ET LES BÊTES _ Extrait from Quark Productions on Vimeo.

LES CHÈVRES DE MA MÈRE

ÈRéalisé par Sophie Audier
Avec Maguie Audier, Anne-Sophie Vurchio durée :1h37
Vendredi 28 novembre 15h00  film classé art et Essai
Samedi 29 novembre 20h15 avec rencontre
Sur un plateau isolé des gorges du Verdon, Maguy fabrique depuis 40 ans du fromages de chèvres dans le respect de la nature et des animaux. Bientôt à la retraite, elle doit céder son troupeau. Elle décide alors de parrainer Anne-Sophie, une jeune agricultrice qui souhaite s’installer.
Au fil des saisons, le processus de transmission s’avère être un douloureux renoncement pour l’une et un difficile apprentissage pour l’autre. Peut-on encore aujourd’hui transmettre le goût de la liberté ?
L’avis du vendelais : Sophie Audier a partagé les inquiétudes de sa mère cédant son troupeau et sa fromagerie à une jeune éleveuse…. Elle nous racontera ce moment fort et très vivant à la fois réaliste et contemporain.

JEUX INTERDITS

Réalisé par René Clément
Avec Brigitte Fossey, Georges Poujouly, Lucien Huber durée :1h25
Dimanche 30 novembre 15h00  film patrimoine et classé Art et Essai
A partir de 6 ans
Les parents de la petite Paulette sont tués lors des bombardements de juin 1940, dans le centre de la France. La fillette de cinq ans est recueillie par les Dollé, une famille de paysans. Elle devient l’amie de leur jeune fils de onze ans, Michel. Après avoir enterré le chien de Paulette dans un vieux moulin abandonné, les deux enfants constituent peu à peu un véritable cimetière pour insectes et petits animaux. Les problèmes commencent lorsque Michel se met à voler des croix pour en orner les tombes du cimetière miniature. L’avis du Vendelais :Quel beau film de patrimoine§ ! Ce film a révélé une très jeune actrice d’alors : Brigitte Fossey et ce fil a reçu de nombreux prix. Superbe film à voir et revoir

LA FAMILLE BELIER

La Famille Bélier
Réalisé par Eric Lartigau
Avec Karin Viard, François Damiens, Eric Elmosnino durée : 1h40
En avant première au VENDELAIS
Dimanche 30 novembre 20h30
Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte L’avis du Vendelais : Une fois n’est pas coutume et nous avons la chance de vous proposer cette comédie dramatique en Avant Première.
Une famille d’agriculteurs (handicapés) se confronte à leur fille adolescente qui veut faire vivre ses talents de chanteuse et devenir adulte . Des actrices Karine Viard, Louane Emera) et des acteurs ,François Damien, Eric Elmosnimo) de talent !! Rire et émotion. Très belle soirée en perspective.

LE DÉMANTÈLEMENT

Réalisé par Sébastien Pilote
Avec Gabriel Arcand, Gilles Renaud, Lucie Laurier durée :1h52 Débat et Échange. Film classé Art et Essai
Lundi 1er décembre 20h15
Gaby est éleveur de moutons dans une ferme qu’il a héritée de son père. Il y vit seul depuis que ses filles sont parties s’installer à Montréal. Dans cette région reculée, la crise économique contraint de plus en plus les paysans à céder leurs propriétés. Gaby, lui, résiste. Sa ferme est sa seule raison de vivre. Jusqu’au jour où sa fille, acculée par des problèmes financiers, lui demande de l’aide. Gaby, chez qui le sentiment de paternité est particulièrement développé, va tout faire pour l’aider..
L’avis du Vendelais : Deux thèmes abordés dans ce film : le difficile métier d’agriculteur (travail et peu de revenu) au Québec comme en France et l’amour d’un père pour ses filles ; Un film porté par un acteur magnifique : Gabriel Arcand. Excellent film à débattre et à échanger.

FORUM 2014

Il est certain qu’il faut voyager” (Voltaire “Candide ou l’optimisme 1759”
Mercredi 3 décembre 20h15  Rencontre
Samedi 6 décembre 15h00.
Ce titre est donné par les élèves BTS ASSE du CFTA de Montfort sur Meu pour présenter leurs stages à l’étranger.
11 courts métrages (7mn) accompagnés par 44 étudiants et leurs enseignants . Merci à tous les élèves et à leur responsable Brigitte Jégo. Attention : nombre de places limité. Ce »documentaire » est au cœur de Ciné-Campagne 2014
S’ouvrir aux autres et à l’international est un élément important du projet pédagogique du Centre de formation technique par alternance (CFTA) de l’Abbaye à Montfort. De la seconde pro au BTS, les jeunes partent d’abord hors région, en Europe puis partout où ils le souhaitent, pour se frotter aux réalités du monde.

Oser partir !
Partis en fin d’année scolaire, les élèves de première bac pro viennent tout juste de rentrer de leurs quatre semaines de stage agricole en Europe de l’Ouest et du Nord, principalement au Royaume-Uni.

Certains sont partis dans le cadre du programme européen Leonardo, d’autres dans celui du programme régional Jeunes à l’international.

Pour tous, la motivation était la même : acquérir une expérience professionnelle à l’étranger en découvrant d’autres techniques de production, améliorer leur pratique de la langue anglaise et acquérir autonomie et flexibilité, qui sont des atouts pour leur vie future.

Qu’ils soient sur des exploitations agricoles laitières ou en élevage équin, ils ont apprécié cette expérience qui les a changés. « Il fallait oser partir ! Au début, on avait un peu peur… », affirme l’un d’eux. « On pensait qu’on n’allait rien comprendre, mais très vite, la langue, ce n’était plus un problème et c’est devenu génial ! », renchérit une élève. Deux autres jeunes sont déjà sur le départ pour retourner voir leurs maîtres de stage, pendant l’été.

L’Europe, du Nord au Sud
Une réflexion a été menée et de nouvelles destinations de stage sont envisagées, de l’Europe du Nord à l’Europe du Sud. Dans cet objectif, la coordinatrice des stages à l’étranger en section bac pro a bénéficié d’un programme Leonardo da Vinci professionnel (Pilotage Fédération régionale des maisons Familles rurales Bretagne et Aquitaine-Limousin).

Sa mission était de découvrir une nouvelle destination d’ouverture internationale et de trouver des exploitations susceptibles d’accueillir des stagiaires du CFTA.

Pari réussi ! Grâce au partenariat entamé avec un établissement de formation agricole finlandais, les élèves auront la possibilité de partir en Finlande, un pays fascinant, soucieux de son agriculture et de son environnement.

LA LIGNE DE PARTAGE DES EAUX

Réalisé par Dominique Marchais durée : 1h48
Jeudi 4 décembre 20h15  Rencontre       film classé Art et Essai
La Ligne de partage des eaux s’inscrit dans le périmètre du bassin versant de la Loire, de la source de la Vienne sur le plateau de Millevaches jusqu’à l’estuaire. Le bassin versant, et non pas le fleuve Loire ! C’est-à-dire le plan incliné vers la mer, la totalité de l’espace irrigué, pas seulement le trait de la rivière. C’est-à-dire les zones d’activités et les zones humides, les fossés et les autoroutes, les salles de réunions et les chantiers. Car l’eau est partout, dans les sols, dans les nappes, dans l’air, circulant, s’infiltrant, s’évaporant et partout reliant les territoires entre eux, désignant leur interdépendance, nous faisant rêver à leur solidarité. La ligne de partage des eaux n’est donc pas seulement cette ligne géographique qui sépare des bassins versants mais elle est aussi la ligne
politique qui relie des individus et des groupes qui ont quelque chose en partage : de l’eau, un territoire, un paysage.
L’avis du Vendelais : Louise Sagot, alors étudiante en géographie sociale , a fait l’été dernier un périple original dans les villages de l’Orne- Rânes–Marcei–Mortrée ….à la recherche de nouvelles idées pour l’animation et l’aménagement du territoire. Je l’ai contactée et elle a accepté de venir nous parler de son expérience à la suite du film de ce soir. Elle est accompagnée de Camille Lotteau, co-réalisateur . Cette soirée promet d’être passionnante et très riche en idées pour faire revivre nos pays. A ne surtout pas manquer.

L’APPÉTIT VIENT EN MILITANT

Réalisé par :
André Le Moustarder
Durée : 1h25min
Vendredi 5 décembre 20h15 Rencontre  Documentaire

Un portrait croisé de deux personnalités vives et passionnées. Édouard, paysan breton à la retraite et Lucinète, jeune militante brésilienne… Une histoire d’échanges et de fraternité, née dans les années 70, qui se poursuit aujourd’hui encore. C’est aussi, et surtout, une réflexion sur la fonction sociale de la terre, sur fond de solidarité internationale.

Un tournage aussi en Bretagne, épaulé, en autre, par l’association la Marmite, à l’origine de chantiers participatifs, de systèmes d’entraide sur les marchés, et de mise en réseau des petits producteurs. À l’arrivée, un film plein d’énergie et d’espoir qui tourne régulièrement sur un circuit de festivals et de soirées-débats.
L’avis du Vendelais : L’internationalité rurale ou comment les militants bretons et brésiliens se rejoignent : les premiers en recréant du lien social simple dans les campagnes bretonnes , les seconds animés par leur dynamisme créatif de solidarité indispensable à leur développement. André Le Moustarder (réalisateur) et Edouard Morvan (personnage du film) seront accompagnés par Gilles Maréchal de AMAR (Acteurs Monde Agricole et Rural)

LES HAUTES TERRES

Réalisé par Marie-Pierre Brêtas durée :1h27
Samedi 6 décembre 20h15
Dans le Nordeste du Brésil, Vanilda et son mari Antonio, ainsi qu’une vingtaine d’autres familles de paysans obtiennent enfin une propriété après avoir passé quatre ans à lutter dans un campement avec le soutien du syndicat des sans-terres. Tels les pionniers d’un Western ils entreprennent la lente construction d’une communauté agricole, armés de la force de leurs bras et de leurs espoirs, sur ce territoire hanté par la sécheresse. La gestion collective de la propriété et de ses ressources s’avère être une aventure plus exigeante encore que la conquête des terres.
L’avis du Vendelais : Marie-Pierre Brêtas (réalisatrice) accompagne ce film dont elle connait si bien le sujet. Après la redistribution des terres dans le Nordeste Brésil, les paysans recréent les structures agricoles et remettent leurs terres en production. Une tâche immense. Le groupe AMAR (Acteurs Monde Agricole et Rural) sera aussi présent grâce à sa forte implication dans ce secteur de développement.

ANAÏS S’EN VA-T-EN GUERRE

de Marion Gervais
Samedi 29 novembre 15h00
Dimanche 7 décembre 15h00     Rencontre
Anaïs a 24 ans. Elle vit seule dans une petite maison au milieu d’un champ en Bretagne. Rien ne l’arrête. Ni l’administration, ni les professeurs misogynes, ni le tracteur en panne, ni les caprices du temps, ni demain ne lui font peur. En accord avec ses convictions profondes, portée par son rêve de toujours : celui de devenir agricultrice et de faire pousser des plantes aromatiques et médicinales.
Le film accompagne cette jusqu’au-boutiste. Seule contre tous. Peu lui importe. Elle sait qu’elle gagnera
L’avis du Vendelais: Quand la passion et la détermination sont au rendez vous, rien ne peut arrêter Anaïs. La vidéo de ce film a été vue par près de 500 000 internautes qui ont été époustouflés. Ce soir Marion Gervais, son amie réalisatrice nous vient de St Malo pour témoigner  de cette aventure qui commence…..  « Vivent les jeunes »

ANAÏS S’EN VA-T-EN GUERRE _ Extrait from Quark Productions on Vimeo.

ALEXANDRE FILS DE BERGER

Un film d’Anne, Véronique et Erik Lapied Avec Alexandre et Fernand Léger.
Vendredi 5 décembre 15h00
Dimanche 7 décembre 19h30( soirée de clôture)

Alexandre vit dans un village de montagne et, depuis sa petite enfance, garde l’été avec son père un millier de moutons. A 12 ans, avec son chien Trace, il court la montagne jusque sur les crêtes. Fernand lui transmet tout ce qu’il sait de cette vie d’alpage qu’il partage aussi avec les chamois et les marmottes… mais où rôdent parfois le lynx et le loup. Alexandre doit apprendre à reconnaître les plantes, attraper la brebis boîteuse, descendre faire les courses au village, aller chercher l’eau à la source et côtoyer les autres bergers. A plus de 2000m d’altitude, dans des cabanes inaccessibles par les pistes, sous les étoiles ou l’orage qui gronde, Fernand lui enseigne aussi la guitare. Là-haut, dans des paysages grandioses, ils vivent au-dessus du monde une belle complicité. L’hiver est le temps de la naissance des agneaux et des sommets gravis à ski depuis la bergerie. Cette année, le passage du Tour de France, l’héliportage ou la fête du village vont ponctuer l’été, mais Alexandre espère avant tout gagner la confiance de Fernand pour garder seul le grand troupeau.
L’avis du Vendelais :Soirée de clôture
Recommandé à tous dès 7 ans. Magnifique film de Anne, Véronique et Erik Lapied . On en prend plein les yeux !!! Un bouquet final autour d’Alexandre qui veut vivre sa passion. Et bien entendu le pot final habituel !!!!!!

DRÔLES DE CRÉATURES

Durée :37 mn
Dimanche 7 décembre 11h00
On croise parfois de bien étranges créatures… sans penser forcément que ce n’est pas si facile d’être différent.

Une aventure rayée (Przygoda w paski)
Alina Maliszewska / Animation / Pologne / 1960 / 11 min / sans parole
Un éléphant rayé se sent bien seul dans la jungle au milieu d’éléphants de même couleur…

Dip Dap (Scary Things)
Steven Roberts / Animation / Royaume-Uni / 2011 / 3 min / sans parole
Dipdap trouve un nouvel ami, un fantôme qui a peur de tout. Comment faire pour l’aider ?

Pila (Elephant Maid)
Milena Klebanov / Animation / Israël / 2006 / 6 min / sans parole
Madame Éléphant est affublée dʼun long nez, de grandes oreilles et d’un crâne chauve. Elle opte pour une solution radicale, mais est-ce bien la bonne ?

Fitting In
Taylor Annisette / Animation / Canada / 2011 / 3 min / sans parole
Un petit octogone va à l’école où il n’y a que des cercles et des carrés. Comment s’intégrer ?

Chat et chien (The Dog Who Was a Cat Inside)
Siri Melchior / Animation / Royaume-Uni / 2002 / 3 min 15 / sans parole
Un chien a un chat en lui-même. Les deux n’arrivent pas à sʼentendre, ils veulent toujours aller dans des directions différentes. Mais le conflit ne peut plus durer.

Kostya
Anton Dyakov / Animation / Russie / 2012 / 6 min / sans parole
Kostya est un gentil petit squelette. Il se dirige vers un avenir inconnu et qu’il espère brillant. Nous sommes les témoins de ses aventures dans une ville moderne.

Ma fin heureuse (My Happy End)
Milon Vitanov / Animation / Allemagne – Bulgarie / 2007 / 5 min / sans parole

Tous les chiens courent après leur propre queue. Un jour, un chien réussit à attraper la sienne. Sa vie en sera changée puisqu’il trouvera là son meilleur ami.

PAT ET MAT

durée : 40mn
A partir de 3 ans
Dimanche 30 novembre 11h00

Pat et Mat sont deux amis inséparables qui partagent une passion commune pour le bricolage. Tous deux déploient toute leur énergie et surtout leur imagination pour cela : mais attention aux nombreux rebondissements et cascades !

Programme des 5 courts-métrages :

La salle de bain: Pat et Mat sont obligés de débrancher le robinet pour poser le nouveau meuble de leur salle de bain. Mais le rebrancher ne semble pas si simple…

Les assiettes en papier : Nos deux compères Pat et Mat décident de recycler les assiettes en papier qu’ils ont utilisé pour leur barbecue : mais comment vont-ils s’y prendre ?

La piscine : Il fait chaud aujourd’hui : Pat et Mat décident de gonfler leur piscine : mais attention à cet exercice périlleux !

L’aspirateur : Pat et Mat n’aiment pas passer l’aspirateur et décident alors de perfectionner et de moderniser leur machine : mais attention aux mauvaises surprises !

Le projecteur : Que de bons souvenirs enregistrés sur les pellicules de Pat et Mat ! Ils décident de sortir leur projecteur, mais la projection ne semble pas si évidente à mettre en place !

Le festival Vend’Images est lancé

 

Comme un nouveau souffle, jeudi 13 mars matin au cinéma le Vendelais, c’était le lancement d’un tout nouveau festival « enfance-jeunesse » VEND’IMAGES avec le film d’animation « le piano magique » de Eva Lïndstrom.
A la suite du film avec l’intervention d’Audrey Celot, les jeunes spectateurs ont découvert comment se fabrique un film d’animation. A partir de gouttes d’encre de couleurs qu’ils ont déposés sur une feuille à l’aide de pipettes puis pris en photo goutte par goutte, ils ont ensuite découvert l’animation de leurs gouttes d’encre à la vitesse de 24 images/seconde. Un instant magique !

Vous pourrez retrouver ce film d’animation à nouveau programmé le samedi 15 mars à 15h (dès 5 ans).

 Du 13 au 16 mars, Vend’images s’inscrit dans le festival Cinéma 35 en fête, avec un tarif unique à 3.50€.

A découvrir :

Vendredi 14 mars à 15h, une séance CINE-JEU, à partir du film Tante Hilda de Jacques-Remy Girerd, suivi d’un jeu (compter environ 1 heure d’animation) animé par Laurence Dabosville.

A 20h30, une soirée échanges-débats autour de « L’éducation à l’image », cette soirée s’adresse à tous, jeunes, adultes, spectateurs,…motivés par le sujet. (Entrée libre)

Samedi 15 mars, une après-midi CINE-GOUTER avec le piano magique à 15h / Goûter/ puis à 17h La grande aventure légo en 3D (dès 6 ans).

A 20h30, une soirée ciné-rencontre avec le film « La belle vie » (dès 12 ans) de jean Denizot, en présence des jeunes acteurs du film.

Dimanche 16 mars, en avant-première « le parfum de la carotte » (dès 3 ans) suivi d’un apéro carotte !

L’après-midi, CINE–GOUTER avec « le Secret de la pierre de lune » (dès 3 ans) à 15h/ Goûter/ puis à 17h « Tante Hilda » (dès 6 ans).

A 20h30, le dernier film d’animation de Hayao Miyasaki « Le vent se lève » (ados/ adultes).

Vous pouvez retrouver le programme  complet ci-dessous

                                             Bon vent à ce jeune festival !

Rencontre-débat autour du film « Va y avoir du soui »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un public nombreux est venu assister à la projection du film mayennais ʺVa y avoir du soui ʺ. Trois séances étaient programmées au VENDELAIS. L’équipe du film est venue rencontrer les spectateurs le dimanche 23 février 2014. Cette projection a fait l’unanimité chez le public, heureux de retrouver la Mayenne sur grand écran et en particulier la sympathique ville de Château Gontier ; un bel hommage rendu à ce département.

A l’issue de la projection le réalisateur et l’équipe du film ont débattu avec notre public. Ce long métrage dont les images se déroulent à la façon d’une bande dessinée a su plaire au public mayennais. Avec un tout petit budget, 28 000 euros, une équipe de comédiens locaux, ce film peut rivaliser et être ʺfier ʺ  par rapport à certains longs métrages !!! On peut souligner l’impact de la musique signée Stéphane Aubry qui donne du punch aux images.

Encore une belle réussite du Vendelais et de son équipe d’avoir programmé ce film.

Festival Vend’Images du 13 au 16 mars 2014

Télécharger le programme du festival Vend’ image

NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail
tante-hilda
secret-de-pierre-de-lune
piano-magique
parfum-de-la-carotte
les-amis-animaux
belle-vie
grande-aventure-lego

Soirée d’ouverture le jeudi 13 mars 20h30
avec une sélection court métrage jeunesse
et
Soirée échange-débat Vendredi 14 mars    20h30

« L’éducation à l’image, c’est quoi ? »

Les amis animaux
Réalisé par  Eva Lindström
durée :36mn
Jeudi 13 mars 16h00
A partir de 3 ans  Un trait naïf, une nature luxuriante, des histoires parfois espiègles ou fantastiques… des films pour les tout-petits par une grande illustratrice scandinave.
L’avis du Vendelais:Un beau programme de 3 courts

 


 

Le piano magique

Réalisé par  Martin Clapp, Gabriel Jacquel, Anne Kristin Berge
durée : 48mn
Jeudi 13 mars   10h30
Samedi 15 mars 15h00
A partir de 3 ans
Les univers mélodieux de Chopin et de Beethoven s’animent dans une série de courts-métrages animés. Le principal, Le Piano Magique, raconte l’histoire d’Anna, qui découvre un piano brisé. Celui-ci se transforme, comme par enchantement, en un engin volant. Accompagné de son cousin, elle grimpe sur le piano magique qui les emmène en voyage aux quatre coins de lʼEurope.
L’avis du Vendelais: Programme de trois courts métrages ou les univers mélodieux de Chopin et Beethoven s’animent pour les enfants et les plus grands.

 

 

Tante Hilda
Réalisé par  Jacques-Rémy Girerd, Benoît Chieux
Avec  Sabine Azéma, Josiane Balasko, Gilles Détroit
Vendredi 14 mars      15h00
Dimanche 16 mars  17h00
durée :1h29
A partir de 6 ans. Tante Hilda, amoureuse de la nature, conserve dans son musée végétal des milliers de plantes du monde entier. Beaucoup sont en voie de disparition. Parallèlement, une nouvelle céréale, Attilem, mise au point par des industriels, se cultive avec si peu d’eau, sans engrais, et produit des rendements si prodigieux, qu’elle apparaît comme la solution miracle pour enrayer la faim dans le monde et prendre le relais du pétrole dont les réserves s’épuisent. Mais la catastrophe n’est pas loin…
L’avis du Vendelais: On ne change pas une équipe qui gagne! Jacques Rémy Girard a rappelé ses talents habituels. benoît Chieux était déja scénariste sur Mia le migou et passe dès lors au poste de co-réalisateur

Le parfum de la carotte
Réalisé par  Rémi Durin, Arnaud Demuynck
Avec  Agnès Jaoui, Jean-Baptiste Marcenac
durée : 27mn
Dimanche 16 mars 11h00
Lapin et écureuil sont voisins et amis. Ils sont aussi gourmands et bons vivants. Mais les différences de goût les mènent à la dispute. L’écureuil, fâché , déménage de nuit et se fait rattraper par un renard.
L’avis du Vendelais: En exclusivité, un programme de 4 courts métrages.

La grande aventure Légo
Réalisé par  Phil Lord, Chris Miller
Avec  Chris Pratt, Will Arnett, Morgan Freeman
Samedi 15 mars 17h00
durée:1h40
A partir de 3 ans
Emmet est un petit personnage banal et conventionnel que l’on prend par erreur pour un être extraordinaire, capable de sauver le monde. Il se retrouve entraîné, parmi d’autres, dans un périple des plus mouvementés, dans le but de mettre hors d’état de nuire un redoutable despote. Mais le pauvre Emmet n’est absolument pas prêt à relever un tel défi. L’avis du Vendelais: des souvenirs d’enfance pour tous.

La belle vie
Réalisé par  Jean Denizot
Avec  Zacharie Chasseriaud, Jules Pelissier, Solène Rigo
Samedi 15 mars  20h30
durée :1h33
Dix années que Sylvain et Pierre se cachent avec leur père sur les routes de France, après le divorce parental et les décisions judiciaires qui ont poussé Yves à la clandestinité. Mais les enfants ont grandi, et la cavale, sans fin, les prive des rêves et des joies de leur âge. Quand le filet se resserre et qu’il faut fuir à nouveau, Pierre, l’aîné, disparaît. Seul avec son père sur une île de la Loire, Sylvain rencontre Gilda : première fille, premiers regards tendres et première étape sur le chemin de la belle vie, la sienne.
L’avis du Vendelais: Suivi d’une rencontre avec les jeunes acteurs du film!

Secret de la pierre de lune

Réalisé par  Heiki Ernits, Janno Pöldma
Avec  Evelin Pang, Margus Tabor, Mikk Jürjens
Dimanche 16 mars   17h00
durée : 1h15
A partir de 3 ans
Une nuit, deux mystérieux étrangers s’introduisent à Gadgetville, le village des inventeurs, pour fouiller la maison du vieil explorateur Klaus. Lotte les surprend alors qu’ils s’enfuient en laissant tomber la pierre jaune qu’ils viennent de dérober. Lotte devine que ce ne sont pas des cailloux ordinaires mais des pierres dotées de pouvoirs magiques et elle décide de les rassembler toutes trois pour résoudre le mystère. Elle part alors sur les routes pour les retrouver en compagnie de son oncle Klaus.
L’avis du Vendelais: Lotte, le personnage principal n’en est pas à son premier film. on retrouve les aventures de Lotte distribuées dans plus de 25 pays.

Téléchargez l’article: Entraid ouest

Première édition: 2006
Téléchargez le flyer ciné campagne 2006
Seconde édition: 2007
Téléchargez le Flyer ciné campagne 2007
Troisième édition: 2008
Téléchargez le flyer ciné campagne 2008
Quatrième édition: 2009
Téléchargez le flyer ciné campagne 2009
Cinquième édition: 2010
Téléchargez le flyer ciné campagne 2010
Sixième édition 2011
Téléchargez le flyer ciné-campagne  2011
Septième édition :2012
Téléchargez le flyer ciné-campagne 2012
Huitième édition:2013
Téléchargez le flyer ciné-campagne  2013
Neuvième édition : 2014
Téléchargez le flyer ciné-campagne 2014
Dixième édition : 2015
Téléchargez le flyer ciné-campagne 2015
Onzième édition : 2016
Téléchargez le flyer ciné-campagne 2016
Douzième édition : 2017
Télécharger le flyer ciné-Campagne 2017
Treizième édition : 2018
Télécharger le flyer ciné-campagne 2018
Quatorzième édition : 2019
Téléchargez le flyer ciné-campagne 2019

Quinzième édition: 2021
Téléchargez le flyer ciné-campagne 2021

Seizième édition 2022 :

 Téléchargez le flyer ciné campagne 2022

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La 8ème édition de ciné-campagne s’est déroulée  du 28 novembre au 8 décembre 2013 sur la thématique de Ciné-Campagne en fête et la 7 éme édition du 28 novembre au 7décembre 2012 dont la thématique était l’espoir.

1ère édition en 2006


Jt france 3 ciné campagne 2006 par LaGrandeAiglerie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Tarifs

– de 14 ans        4€

Adultes             6€

Collégiens      5€

Séniors                  5€

Carnets de fidélité     25€  (5 entrées)

 

Du rôle et de la place des

cinémas indépendants

Le rôle du secteur indépendant Art & Essai est essentiel pour le cinéma français :
Il est le garant du renouvellement des réalisateurs

 Ce sont d’abord les cinémas indépendants d’Art & Essai qui font découvrir les films des nouveaux réalisateurs. Grâce à eux, aujourd’hui, Jacques Audiard, Robert Guédiguian, Benoît Jacquot, François Ozon, Olivier Assayas ( pour ne citer qu’eux) …accèdent à tous les écrans et à un plus large public. Ce sont eux, les cinémas indépendants d’Art & Essai qui ont montré les films de Jacques Rivette et Jean-François Moutout, Abdelatif Kechiche, les frères Larrieu, Raoul Ruiz, Philippe Garrel etc., mais aussi les œuvres des cinéastes étrangers comme Pedro Almodovar, Wong Kar Waï, Takeshi Kitano, Ken Loach les frères Dardenne ou Ingmar Bergman, c’est à dire les plus grands. Sans cinémas indépendants, le renouvellement des cinéastes ne peut se faire, et les distributeurs et producteurs courageux pour qui le cinéma est un art avant d’être une industrie perdront le relais naturel de nos salles et ils disparaîtront.
Les salles indépendantes Art & Essai sont le poumon du cinéma français
Choisir d’aller voir les films dans les salles Art & Essai indépendantes, c’est choisir de faire exister le cinéma Art & Essai de demain, celui que vous aimez et qui place sa confiance en vous : Le cinéma qui n’a pas spécialement besoin de pop-corn pour faire avaler le goût fade des films fabriqués en série. Il y aura de nouveaux Poirier, Guédiguian, Assayas, Kahn, Rouän, Ferreira-Barbosa ou Larrieu… demain, si vous fréquentez et donc soutenez les salles indépendantes Art & Essai.

Les salles indépendantes Art & Essai sont les garanties de la diversité culturelle
                                Qu’est-ce qu’un cinéma indépendant ?….

C’est un cinéma qui choisit ses films ; il projette les essais, les films qui ont un intérêt esthétique ou sociologique, les films des cinématographies étrangères laissées pour compte par les circuits.

Il pratique une politique de communication régulière et de formation du spectateur par ses publications, l’affichage des critiques, son travail avec des partenariats culturels variés : associations, centres sociaux, théâtres, universités, écoles & lycées, conservatoires, écoles des beaux-arts, MJC etc… et au travers des dispositifs d’éducation des jeunes spectateurs : Ecole et Cinéma , Collège au Cinéma, Lycéens au Cinéma. Il organise des animations dans son cinéma : débats avec des réalisateurs, scénaristes et acteurs ou présence régulière des animateurs de la salle pour un véritable échange avec leurs cinéphiles.Il met en œuvre une réelle politique de tarifs afin de favoriser la fidélisation de ses spectateurs.Bref, il entretient avec ses spectateurs une réelle histoire d’amour. Il y a là un respect réciproque : une confiance des spectateurs dans les films proposés, une confiance de la salle dans la curiosité et la fidélité des spectateurs.

Qu’est-ce qu’un multiplexe ? différence entre l’un et l’autre

Un multiplexe s’apparente aux hypermarchés de façon à favoriser la consommation du client. Aller au cinéma au multiplexe c’est d’abord faire une sortie, choisir d’aller au multiplexe c’est choisir les seuls films proposés par le multiplexe c’est à dire éliminer 50% des films possibles sur la zone urbaine.
On l’aura compris : Le cinéma est un accessoire. L’objectif c’est le  business. Les multiplexes montrent en priorité du cinéma standard, américain le plus souvent, essentiellement des films très médiatisés, supportés par d’énormes campagnes de publicité.
Les multiplexes visent une concentration de l’exploitation cinématographique au détriment du secteur indépendant. Aujourd’hui les multiplexes représentent plus de 45 % des entrées en France.
Les multiplexes ne sont jamais dans la découverte et les risques. Sans les salles indépendantes qui ont montré « L’esquive » et « Quand la mer monte » le palmarès des Césars eût été tout autre.
La loi qui régit l’implantation des multiplexes se trouve dans le cadre de la loi Royer (la même que pour les grandes surfaces alimentaires) et repose donc sur des enjeux purement commerciaux.
Au-delà de 300 places, les commissions départementales d’équipement cinématographique (CDEC) sous autorité préfectorale doivent donner leur aval pour délivrer de nouveaux permis de construire. Dans les faits, le passage en CDEC ne régule pas ces implantations.
Tandis que l’organisation de tutelle du Cinéma respecte une parité entre les professionnels et l’administration, les décisions des CDEC relèvent uniquement des élus locaux, des Chambres de Commerce et des représentants d’associations de consommateurs. L’absence de critères objectifs, le manque de transparence des débats et des décisions ne peut que nuire à l’intérêt des exploitants indépendants et donc du Cinéma que nous défendons et que vous aimez.
Il y a toutefois quelques exceptions parmi les multiplexes développés par des exploitants indépendants qui font cohabiter avec bonheur cinéma généraliste et cinéma Art & Essai

La vie du film

A la base, se trouve le producteur, à l’autre bout, la salle de cinéma, et, aujourd’hui en bout de course le maillon fondamental vidéo /DVD très rentable économiquement, puis les télévisions.
Le producteur finance le film avec de nombreux coproducteurs (chaînes TV, Soficas, banques…), souvent pour les premiers films, le CNC (Centre National de la Cinématographie) accorde une « avance sur recette » (de 15 000 à 300 000 euros) sur lecture du scénario.
Le distributeur s’occupe essentiellement de la logistique de la distribution (nombre de copies, ciblage, communication…) La salle de cinéma indépendante négocie le film avec le distributeur. En ce qui concerne les circuits et la plupart des multiplexes, tout est concentré dans les mains des programmateurs parisiens.d’Europalace et d’UGC. Ceux-ci peuvent peser aussi sur la vie et la mort des films.

La rémunération du cinéma passe par le partage de la recette finale acquittée par le spectateur au travers de l’achat d’une place de cinéma.

La part de l’exploitation : sert à couvrir tous les frais d’une salle de cinéma (loyer, salaires, matériel, animations et promotion, maintenance, entretien, charges diverses, modernisations régulières…)
La part de la distribution correspond aux frais de sortie du film (tirage et circulation des copies, publicité). A titre d’exemple, le sous-titrage laser d’un film coûte 1300 € par copie.
La part de la production paye la fabrication du film : elle est partagée entre le producteur et les ayants-droits.
La TSA (Taxe Spéciale Additionnelle) incluse dans le prix du billet alimente un compte de soutien financier, géré par le CNC, qui sert à aider le cinéma : les aides publiques et subventions versées (avance sur recette, aides à la distribution, à la rénovation des salles) ne sont en effet pas financées par le contribuable (l’impôt) mais par le spectateur (la TSA).
la SACEM (Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs de Musique) reverse sa part aux auteurs.

C’est donc grâce à cette répartition que l’ économie du cinéma peut exister ; Les ventes de confiseries, de boissons, ou de jeux vidéos ne participent pas à cette économie générale du cinéma. Elles rapportent uniquement aux salles qui en vendent .
A propos du prix des places :
Le grief fait par nombre de spectateurs est que le cinéma « coûte » cher. Ce n’est jamais le cas quand les cinéphiles fréquentent les salles d’Art & Essai indépendantes qui depuis toujours pratiquent une politique de fidélisation avec des prix d’entrée très doux (du tarif plein au tarif abonnement en passant par divers tarifs réduits). C’est grâce à votre fidélité aux salles d’ Art & Essai que celles-ci peuvent vous proposer des prix d’entrée aussi abordables.
Par ailleurs une étude récente révèle que le prix de la place de cinéma en France a suivi la courbe de l’inflation depuis 15 ans. Inutile de préciser que les salles Art & Essai sont au dessous de cette courbe.
Pour que le cinéma indépendant que vous aimez existe encore dans cinq, dix, vingt ans…
Pour que l’identité cinématographique de chaque nation s’affirme,
Pour que les jeunes spectateurs qui ne fréquentent que les multiplexes puissent avoir envie d’un autre cinéma à 15, 20 ou 25 ans,
Pour que le cinéma ne soit pas un simple espace de consommation mais un lieu de plaisir et de convivialité grâce aux films, à eux seuls et seulement grâce à eux…,

Vous savez presque tout sur l’économie du Cinéma,(Source : plaquette du syndicat des cinémas d’Art de Répertoire & d’Essai)
& sur les risques du Tout Consommation.

Prenez le chemin des Cinémas Indépendants pour que le cinéma que vous aimez continue à vivre!

(Source : plaquette du syndicat des cinémas d’Art de Répertoire & d’Essai)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dolby Digital Numérique
Écran Panoramique
Projection argentique, numérique et 3 D
Accès PMR    et parking
Assistance mal-entendant

AFFICHE HANDICAPE

L’audio description (abréviation AD) est un procédé qui permet de rendre des films, des spectacles ou des expositions, accessibles aux personnes aveugles ou malvoyantes grâce à un texte en voix off qui décrit les éléments visuels de l’œuvre. La voix de la description est placée entre les dialogues ou les éléments sonores importants afin de ne pas nuire à l’œuvre originale. Elle peut être diffusée dans des casques sans fil pour ne pas gêner les autres spectateurs.LE VENDELAIS EN EST EQUIPE.

Le Vendelais met à votre disposition des lunettes pour les films projetés en 3 D (location :1 euro)
Ces lunettes  sont spécifiques pour la salle du Vendelais uniquement. Il est inutile d’apporter vos lunettes, elles seraient inactives et d’autre part si vous les emmeniez,elles ne vous seraient d’aucun usage.
Merci pour votre compréhension.

LES TEMPS FORTS DU VENDELAIS

En 2014  8ème édition CINE-CAMPAGNE

Ce festival se déroule début décembre

   

 

 

Ciné-Campagne 6ème édition
L
orsqu’on  nous demande: « Comment faites-vous pour trouver tous ces films chaque année ? « . Nous avons toute suite la réponse :  » le plus difficile n’est pas de trouver des films (il y a en abondance) mais plutôt de les sélectionner et d’en faire un programme harmonieux et adapté à tous « .

 

En bouclant cette programmation 2011, je pense que nous avons réellement ouvert nos horizons et trouvé une « belle brochette »  de films variés : des documentaires (dont celui de notre marraine – des fictions – des films français – des films étrangers – des films d’hier (1925), d’aujourd’hui et de demain (une avant-première) et aussi…une superbe palette de films pour enfants, le tout à consommer sans modération.

Profitons-en, nous avons la chance d’avoir accès à tous ces films et… dans une salle toute belle de sa rénovation, plus accessible avec son hall plus spacieux.

Comme l’an dernier, nous ouvrirons chaque séance par un diaporama proposé par les jeunes et les adultes… nous les encouragerons !!!

Beaucoup de films certes, donc pas facile de les voir tous. Pour les adultes nous avons proposé 2 séances pour 4 d’entres eux .

Ce qui représente tout de même 19 séances pour 13 films en 8 jours.

Belle performance pour vous spectateurs, mais aussi félicitations aux bénévoles du Vendelais qui assurent le suivi des films, leurs projections, l’accueil à la caisse et le contrôle par les jeunes ouvreurs et ouvreuses, le service aux soirées rencontres et tout le travail (que vous ne voyez pas) ,de rédaction, mise en page, diffusion, service caisse avant et après séances et…toutes « les petites mains » qui assurent au jour le jour, semaine après semaine la VIE du Vendais Cinéma : MERCI à tous ces bénévoles

Merci à nos partenaires…. aussi…qui ont à cœur que notre bonne humeur et notre convivialité continue et se diffuse….

Alors , avec le Vendelais Cinéma, lieu d’accueil et de diffusion de belles œuvres…. souhaitons longue vie et réussite à Ciné-Campagne

CinéMA 35 en Fête

En partenariat avec CinéMA 35 , notre association qui fédèrent les 35 salles d’Ille et Vilaine est organisé en mars la fête du cinéma avec une thématique différente chaque année et un concours de courts métrages.

ORIGINE DU VENDELAIS

  • Pendant la guerre, en 1941-42 des films de propagande sur l’armée allemande étaient projetés par des allemands dans l’ancien patronage. « Ces derniers incitaient la population à assister à ces séances… » se souvient Arsène Travers.
    « Avant mon arrivée à Châtillon et selon un rythme très irrégulier, indique l’Abbé Simon, quelques films avaient été projetés dans l’ancien patronage, surtout utilisé pour le théâtre. La salle était dans un état lamentable. Il n’y avait pas de fauteuil. C’est assis sur des bancs en bois que les spectateurs assistaient aux rares séances de cinéma.
    Le projecteur, un Cinéric de 16 mm était placé sur la scène et les images étaient projetées dans le fond de la salle.
    « 
  • Féru et passionné de cinéma, l’Abbé Simon, tout nouvellement arrivé, décide en 1963 de donner une véritable impulsion au cinéma et projette tout simplement la construction d’un nouveau local. C’est la même année, en 1963, que l’association fut créée et Arsène Travers en fut nommé le président.
  • Une solidarité très forte de la population s’était déjà manifestée pour déblayer l’ancien bâtiment existant et pour préparer le terrain à recevoir la nouvelle salle.
  • Un comité de responsables s’était constitué et chacun dans son quartier informait les personnes des besoins à couvrir en main d’œuvre et en matériel. Pendant la construction qui dura 2 ans, Arsène Travers assura la coordination des travaux, toutefois sans difficultés majeures tout le monde faisait preuve de bonne volonté. « Pour financer les travaux, poursuit l’Abbé Simon, des kermesses sont programmées et un appel est lancé à la population. Nous avons récolté ainsi 50 000 Fcs au départ. Une quête réalisée à l’Église pour cette noble cause a du avoisiner le million de centimes. Quant aux kermesses elles attiraient les foules, l’une d’elles réalisée au bord de la route de Balazé va laisser un bénéfice très substantiel. De telles kermesses furent organisées pendant 7 années consécutives.« 
  • Dès 1965 la nouvelle salle fut aménagée plus spécialement pour le cinéma et elle fut inaugurée avec la projection d’un film grandiose « Le pont de la rivière Kwaï »

ANNEE 2013

 

  •  Pour l’association Culturelle, ces années 2013- 2014 et 2015 sont l’occasion de fêter les 50 ans de son activité.Quelques dates :De 1950 à 1962 : Les habitants de Chatillon en Vendelais vivent la reconstruction de l’après –guerre et de l’arrivée de la modernité. Les enfants sont scolarisés dans les 2 écoles (privées et publiques) dans lesquelles les garçons sont séparés des filles . La paroisse est sous l’autorité du curé Emmanuel Gouin qui est assisté de l’abbé Yves Leblanc (vicaire-instituteur). Une troupe théâtrale fonctionne régulièrement grâce à l’abbé Y. LEBLANC. Des acteurs locaux en assurent les rôles : Alain Pettier, Pierre Lucas, Arsène Travers, Jean Froc, Georges Ollivier etc.…à qui succèdent progressivement les familles Groussard, Ollivier , Pettier, Chesnais, Froc, Painchaud, Coquelin, Brault, Lucas, Dallé,Legeay, Dourdain,. Huard, Messager, Davard  Berhault   etc..Les représentations et les répétitions ont lieu dans l’ancien patronage, bâtiment attenant au presbytère. Cette salle est étroite, vétuste et inconfortable (voire même hors norme de sécurité élémentaire ! (mais à cette époque, on n’en parlait pas !)

    Cette troupe ne cesse de demander une salle de spectacle digne de ce nom…(demande formulée à la mairie et à la paroisse)

    Dès les années 58 -60 – 62 de nombreuses communes (ou de paroisses) rénovaient ou construisaient leurs salles et plusieurs habitants de Chatillon allaient y chercher des idées et de l’inspiration. Ainsi ont été visitées la salle de Taillis, Val d’Izé, Domagné, Etrelles.

    Et l’impatience commençait à se faire sentir !

    Avril 1963 :

    Arrivée à Châtillon d’un jeune curé : Alphonse Simon (48 ans), né à Louvigné du Désert et ayant exercé 4 ans à Eancé de 1959 à 1963 et surtout de 1942 à 1959  vicaire instituteur à Taillis.

    Il arrive en plein renouveau de l’Eglise et de la Société,  Il est surtout convaincu que la culture est un excellent support d’éducation et d’émancipation.

     

    L’activité théâtrale est encouragée et à son initiative l’activité cinéma (re)démarre…. Toujours dans cette vieille salle (le projecteur sur la scène et l’écran une toile au fond de la salle). L’appareil est un Cinéric 16mm à lampe ordinaire   (quelques titres de films :

    • La ruée vers l’or
    • Laurel et Hardy
    • Le train sifflera 3 fois
    • Le dernier pont
    • Quand passent les cigognes

    Eté 1963

    Constitution de l’association culturelle du Vendelais (agrée en préfecture le 3 janvier 1964)

    N’ayant pas retrouvé les documents de l’époque, nous pouvons citer de mémoire quelques membres : Arsène Travers, François Plard, Marie-Ange Lucas, Maurice Bouton, Jean Lerétrif…Paul  Ferard. ?? ( merci à ceux qui ont gardé cette mémoire de nous en faire part !!!)

     25 decembre 1963 :

    Pose de la 1ère pierre de la salle du Vendelais… et pendant les années 1964 et 1965 construction de ce bâtiment ;

    –27 juin  1965  inauguration  de  cette  salle

    –Novembre 1965 :

    1ères séances dans la salle de cinéma Le Vendelais 230 places (fauteuils en bois) Appareil Horton 16 mm à arc électrique.

    Les premiers opérateurs : André Saulnier, Pierre Helleux, Francis Leprêtre, Joseph Poule, Gérard Potrel, Bernard Pautonnier, Jean-Yves Brault, Roland Berhault et à la caisse… ??.. et un film de prestige : Le pont de la Rivière Kwaï.

    L’aventure ne faisait que commencer !!! elle dure depuis 50 ans et n’a pas envie de s’arrêter en si  bon chemin.

     

    • Nous aurons l’occasion dans quelques  temps, de reparler de cette belle et passionnante histoire.. avec vous qui en avez  été les acteurs ou le témoins et avec vous qui rêvez de la découvrir… A très bientôt